Les secteurs d'activité au Costa Rica

Le Costa Rica est un pays à l’activité économique tournée principalement vers l’agriculture, avec le café. Le PIB par habitant se monte à 10 936 USD, et le chômage touche environ 8,3 % des habitants. La situation économique est prospère, et la pauvreté dans le pays a sensiblement diminué grâce à un système éducatif ainsi qu’une qualification de la main d’oeuvre bien maîtrisée.

Secteur primaire

Découvrez nos suggestions d’itinéraires au Costa Rica :

* Prix par personne et à partir de, sur une base 2 personnes

C’est le secteur le plus important au Costa Rica, qui vit principalement de ses plantations de café. Chaque année, environ 145 000 tonnes de café sont produites, essentiellement sur le plateau central. Sur la côte des Caraïbes, la culture de banane est aussi très importante. Deux variétés existent : la banane réservée à l’exportation (dite standardisée) ainsi que la banane locale, qui présente un goût faiblement sucré et une forme irrégulière. La banane est aussi un des aliments de base du Costa Rica, déclinée de différentes façons. Elles sont cultivées dans les régions les plus humides du pays et acheminées par des téléphériques. Aucune banane ne quitte les plantations si elle présente des impuretés.

Les cultures du pays comptent également la canne à sucre, ainsi que le cacao et l’ananas. De grandes compagnies tentent de s’approprier des terres pour leur culture, ce qui a pour conséquence de créer une insécurité sanitaire et une contamination de l’eau. Les autres cultures du Costa Rica concernent le maïs, le riz, le coton, le tabac et les légumes (quantités plus faibles).

Secteur secondaire

En ce qui concerne le secteur industriel, le Costa Rica connaît une croissance régulière depuis environ 25 ans. Aujourd’hui, le secteur industriel compte plus de 4 700 entreprises, occupant 138 000 salariés. Les secteurs sont essentiellement l’agro-alimentaire (33%), le métallurgie mécanique (19%) puis les activités de production de papier et de carton. A noter aussi que ce secteur compte environ 11% d’entreprises de fabrication de meubles, puis viennent les textiles, les produits à base de caoutchouc, et les produits en bois, hors meubles.

Secteur tertiaire et tourisme


En quelques années seulement, le Costa Rica a développé de nombreux services qui sont devenus des sources importantes de revenus pour le pays. Ainsi, le développement des centres d’appels téléphoniques ainsi que l’industrie informatique font partie des secteurs les plus performants de toute l’Amérique latine. Ce développement a permis de créer des zones franches et proposer une main d’oeuvre qui coûte environ 30% de moins que la main d’oeuvre aux Etats-Unis. Une situation qui est favorisée par la politique d’investissement du pays au niveau éducatif. Le Costa Rica est le pays qui est le plus visité parmi toute l’Amérique Centrale, totalisant 1,6 millions de touristes annuellement.

Le commerce international

Le Costa Rica exporte essentiellement ses productions de café et de banane (3ème exportateur mondial), ainsi que 1977 kilotonnes d’ananas frais (premier exportateur mondial). Le total des exportations atteint 6,9 milliards de dollars. Les marchandises sont acheminées chez les principaux pays acheteurs par bateau, en partant depuis Puerto Limon, le port le plus important du pays. Les échanges internationaux sont au rythme ralenti ces dernières années ; en cause, le comportement des plus grands acteurs au niveau mondial comme la Chine et les Etats-Unis. Les exportations industrielles concernent les équipements médicaux, puis l’agroalimentaire et également le secteur électrique et électronique.

Le Costa Rica est un pays plein de ressources dans tous les secteurs, et pourtant de petite taille avec une situation géopolitique pouvant être considérée comme sensible. Devenu en à peine dix ans le premier producteur d’ananas frais au monde, il développe un grand nombre d’activités inédites (électronique) sans oublier l’écotourisme qui ne cesse de se développer, le Costa Rica menant une politique de protection de l’environnement particulièrement ferme.


Autres informations sur l’économie costaricaine

Haut